L'âge d'or des "sciences arabes" par la Librairie Musulmane e-slamshop, votre boutique islamique en ligne


e-slamshop : Librairie et Boutique musulmane
Vous êtes ici : Accueil / Blog / Culture, arts et philosophie / L'âge d'or des "sciences arabes" suivez-nous sur facebook suivez-nous sur Twitter

L'âge d'or des "sciences arabes"

Par Asma E-slamshop, à 02h03 dans Culture, arts et philosophie | 0 commentaire

"Iqra" leur a-t-on transmis et ils ont recherché, amélioré, inventé, critiqué et créé...

Iqra? Le Coran, le Rappel, le Verbe, La Voie plus qu’une Etincelle: la Lumière !

Ils? Ibn Sina, Ibn Rushd, Ar-Razi, Ibn Battuta...et bien d'autres encore...
 
Longtemps considérés comme de simples intermédiaires, simples traducteurs des traités grecques et chinois, les savants Musulmans ont en réalité, depuis le milieu du VIII siècle jusqu’au XV siècle, bouleversé tous les domaines scientifiques et artistiques.

L'exposition interactive proposée par l'IMA restitue à la science "Arabe" sa juste dimension tout en nous expliquant comment l’avènement d’une nouvelle religion 'l'Islam' favorable à la pratique scientifique, le rôle unificateur de la langue arabe et les financements de la recherche par des princes mécènes ont été autant de facteurs déclencheurs à l’émergence de tout un ensemble de savoirs illustrés par des acteurs des plus divers par leurs origines, leurs statut social, leurs cultures et tradition mais animés par les mêmes ...

Des villes, comme Bagdad, Cordoue, Istanbul, Fès, Damas, Samarkand se sont imposées, alors, comme de véritables capitales spirituelles d’abord et scientifiques ensuite: On comprend alors que sous l’appellation de « science Arabe », c’est à tout un ensemble de travaux d’origines fort diverses que l’on fait référence (savoirs égyptiens, mésopotamiens, indiens, grecques, chinois, perse...).
 
Plus que les noms de ces  Savants Musulmans, plus que leurs innovations, c’est une multitude de verbes, d’actions que l’on retient et qui nous éclaire sur l’état d’esprit fertile à tant de découvertes. Ce qui surprend de prime abord c’est la volonté unanime au sein de la civilisation islamique de sauvegarder l’aspect cosmopolite de ce savoir preuve d’une certaine maturité et ouverture d’esprit. Dans le domaine scientifique, seul la compétence compte.

On voit ensuite comment pour répondre à des problèmes concrets, ces savants vont traduire et assimiler les traités existants pour ensuite les vérifier, les critiquer, les corriger et établir de nouveaux modèles. Ils vont alors s’illustrer par une production originale dans différentes disciplines tel que l’algèbre, la médecine, la chimie et les différentes découvertes vont interagir entre elles : l’astronomie, particulièrement étudiée en pays d’Islam va alors s’enrichir des progrès réalisés en mathématiques, une des sciences reine de la civilisation arabo-musulmane.

De nouvelles sciences vont apparaître (l’optique, la mécanique) et d’autres vont se trouver restructurées (la géographie, la médecine).

Plus bouleversants encore des notions modernes comme celle d’hôpital universitaire (en tant que lieu de rencontre entre les patients, les médecins et les étudiants),ou encore celle d’ordonnance (réglementation de la délivrance de certaines substances), de respect de l’environnement (limitation du nombre d’animaux sacrifiés lors des expériences et justification de chaque vivifications) révèlent comment ces scientifiques spirituellement investis, tout en répondant à des interrogations de leur temps visent à mettre la nature, la science au service de l’Homme.
 
Ces savants musulmans assimilent, découvrent, dialoguent et consignent leurs avancées tout en préservant leurs principes spirituels, leur éthique, leur moral : leur colonne vertébrale ! Aucune découverte destructrice ne sera de leur fait  (arme...)

Pour autant les savants n’oublieront pas de rêver (traité d’alchimie), de faire preuve de curiosité scientifique pour leur simple plaisir; la musique est alors considérée pour une grande part comme une discipline mathématique, la mécanique servira la création d’automates, l’architecture et la décoration puiseront de plus en plus dans les figures géométriques leur inspiration. Alors l'art et la science ne font plus qu'un !

Les historiens s’accordent à dire que seule une infime partie des sciences arabes fut transmise à l’occident latin mais ce peu apportera une contribution décisive au moment ou la science a pris son tour son essor en Europe.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Vous voulez en savoir plus ? visitez
l'exposition interactive de l'institut du Monde Arabe, ou Découvrez le Livre des Définitions du Jurjani,Vous serez surpris de l'actualité des notions abordées par ce savant du 14 ème siècle !

Ajouter L'âge d'or des "sciences arabes" à : facebook | google | twitter | plus de bookmarqueurs

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Combien font deux fois deux ? (chiffres)